mercredi, 10 août 2011

Préparation MF 2011 - Plongée du 09/08

A l’occasion de cette plongée, je me suis présenté comme plongeurs 2* LIFRAS ayant obtenu mon brevet par équivalence. J’ai réalisé 13 plongées depuis que je suis inscrit à la Ligue, j’ai dû faire quelques exercices et j’ai reçu les cours nécessaires pour la mise en concordance de mes connaissances avec les règles fédérales.

Le candidat me pose alors une série de questions judicieuses afin dé déterminer mon expérience de plongée avant l’inscription à la LIFRAS. Je lui explique je suis français, ancien plongeur militaire, que je suis arrivé en Belgique après avoir quitté l’armée. Je ne peux donner aucune information sur mes compétences et mes connaissances en plongée.

La plongée prévue doit se faire sur une roche située entre 42 et 50 mètres. Le candidat va éviter le piège et décide de changer de site. Il propose un site avec une profondeur maximum de 40 mètres en conformité avec mon brevet 2*.

Malgré son insistance, je ne vais répondre à aucune question sur mon expérience de plongée. Je me limite a expliqué que j’ai suivi la formation dispensée à l’école de la Marine National de Saint-Mandrier-Sur-Mer.

Cette situation doit attirer l’attention du candidat. Deux solutions se présentent.

  • Soit le plongeur donne les informations nécessaires au candidat afin que celui-ci puisse se faire une opinion correcte du plongeur qui est face à lui. Il pourra estimer si la plongée est réalisable ou pas.
  • Soit le plongeur ne donne pas ces informations comme je viens de le faire. Dans ce cas, il n’est pas de bon ton d’interdire purement et simplement la plongée. Mais il faut impérativement modifier la plongée envisagée.

Une bonne solution devant cette situation est de proposer une plongée sans risque dans une zone de faible profondeur. De cette manière, si cette plongée test est concluante, le candidat pourra proposer une plongée plus engagée le lendemain.

Cette position est facilement défendable au point de vue de la sécurité. Il est bien clair que l’on n’emmène pas un plongeur que l’on ne connait pas n’importe où n’importe comment.

A partir du moment où le plongeur qui se présente avance un cursus qui n’est pas connu du candidat, il est impératif pour lui de ce forger une opinion par une série de questions pertinentes.

En cas de refus de répondre ou de réponses peu convaincantes, proposez une petite plongée d’évaluation à 10 ou 15 mètres, c’est dissuasif……..

Les plongeurs qui connaissent Cousteau et qui ont 13.000 plongées mais pas un carnet pour le prouver, il y en a plein les bars de Marseille…..

Bonne plongée.   

07:52 Écrit par Philippe MN284 LIFRAS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.