mercredi, 01 février 2012

Expérience en plongée et brevet

Certains sont très attachés à leur brevet de plongée pour justifier de leurs compétences. Il me semble plus juste de dire que c’est l’expérience qui fait le plongeur et non le nombre d’étoiles qui se trouvent sur sa carte de niveau.

Le 24 avril 2012, l’AML reprend les entraînements pour les MC qui souhaitent se présenter au stage de mer de septembre au Lavandou.

Ce stage de mer, et je dis bien mer, demande une bonne préparation tant théorique que pratique de la part des candidats. Les 6 mois de préparation en Belgique vont leurs permettre d’étudier et de se préparer physiquement.

Mais il y a une chose que ne s’acquière pas lors des entraînements, c’est l’expérience en plongée.

Pour se présenter au stage fédéral, le Moniteur Club doit justifier du nombre de plongées suivant : 

- 400 plongées parmi lesquelles :
- 50 plongées à 40 m,

- 100 plongées en mer,
         - dont 80 à 30 m (Zélande acceptée comme mer pour 75 %),
         - 50 plongées de formation depuis le MC
         - 20 à 50 m à l'air (Zélande non acceptée, pas de tolérance de 10%),

Il est vrais que mathématiquement, tous les MC qui vont s’inscrirent au stage sont en possession des plongées énumérées mais je me fais l’avocat du diable…..

- Une plongée de 25 minutes à 23 mètres à Lillé avec un autre moniteur compte au même titre dans les 400 exigées qu’une plongée de 50 minutes sur le Togo à une profondeur de 53 mètres avec une décompression en pleine eau, accompagné par un 3* qui vient de terminer son PPA et qui n’a pas une grande expérience de la mer.
- Une plongée où l’on pointe 40 mètres à Vodelée pour ensuite remonter directement dans la zone des 15 mètres compte au même titre dans les 50 exigées à 40 mètres qu’une plongée de 20 minutes sur une épave à 40 mètres suivie d’un retour en surface et de paliers au parachute en pleine eau.
- Une plongée en méditerranéen au départ du bord dans la zone des 20 mètres compte au même titre dans les 100 exigées en mer qu’une plongée en mer du Nord au départ d’un bateau sur une épave avec une visibilité réduite.
- Encadrer son épouse débutante sur un fond de 15 mètres à Cassis compte au même titre dans les 50 exigées d’encadrement en mer qu’une plongée à 40 mètres avec un 2* qui part pour la première fois sur le Donator alors que la mer s’est légèrement levée.
- Toucher 50 mètres à la Gabinière pour vite remonter et rester en plongée no-déco à l’ordinateur compte au même titre dans les 20 plongées à 50 mètres en mer que partir à la rencontre P51 Mustang entre Giens et Toulon qui se trouve sur un fond de sable à 54 mètres.

Je pourrai mettre 100 exemples de ce type mais ces lignes illustrent bien la différence d’expérience que peuvent avoir deux candidats MF avec le même nombre de plongées.

Pour être à même d’encadrer les plongeurs qui lui seront présentés lors du stage au Lavandou, le candidats MF doit être à même réaliser toutes les plongées décrites plus haut sans avoir à se préoccuper de soi. Il doit connaître ses limites à la narcose, sa résistance à l’essoufflement, son matériel par cœur, donner un briefing parfait rapidement même si il est interrompu 5 fois, etc…..

Le moniteur club encadre principalement au niveau de son club. Il plonge souvent avec les mêmes compagnons. Au-delà du nombre de plongées exigé, pour parfaire son expérience, je ne peux que conseiller au candidats MF de :
- faire de l’encadrement dans d’autres clubs. Il pourra aller à la rencontre de plongeurs inconnus, il apprendra à poser les bonnes questions pour définir l’expérience de la personne qu’il encadre.
- faire de l’encadrement dans un centre de plongée à l’étranger pour plonger en mer, sur un bateau, avec des plongeurs d’autres fédérations et structures commerciales.
- plonger en mer du Nord, en Zélande, en lac, sur des sites inconnus, de nuit, d’un pneumatique, d’un bateau en bois, etc….
Le candidat qui étudie la théorie, se prépare physiquement et est en possession d’une bonne expérience en plongée devrait traverser les 8 plongées du stage sans rencontrer de difficultés majeures.

Un ami qui est MF depuis une dizaine d’année, est parti plonger en Bretagne. Le responsable du centre lui a demandé d’encadrer un plongeur qui n’avait qu’un bras. Il a dû mettre toute son expérience au service de ce plongeur pour réaliser une belle plongée malgré la difficulté rencontrée.

Repensez à ces quelques lignes dans trois mois lors des entraînement à la Gombe, à Vodelée ou au barrage de La Platte Taille !!!       

18:35 Écrit par Philippe MN284 LIFRAS | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Intéressant !

Écrit par : Marie-Claire Flamée | dimanche, 12 février 2012

Les commentaires sont fermés.