dimanche, 16 février 2014

Plongée de la honte aux Maldives

Le 29 janvier, nous partons de Paris à destination du Sri Lanka et des Maldives. Le voyage est en préparation depuis plusieurs mois et c’est avec une certaine impatience que nous embarquons à bord de l’Airbus A380 de la compagnie Emirates. Il va d’abord nous conduire à Dubaï pour ensuite poursuivre vers Colombo. Après un magnifique circuit de 4 jours sur cette ile magnifique, nous reprenons un avion et après une heure de vol, nous atterrissons à Malé.

Nous embarquons à bord du Moonima de l’opérateur de plongée Seafari, bien connu en France et en Belgique. Nous avions déjà plongé avec cet opérateur en Egypte et nous en avions un bon souvenir.

La croisière démarre le lundi matin par une première plongée sur l’atoll de Malé. La première plongée n’est souvent pas terrible car elle permet aux moniteurs du bateau de jauger le groupe. Elle est souvent réalisée sur un petit site sans grand intérêt. A notre grande surprise, nous avions à peine la tête sous l’eau que le premier requin de la croisière passait 15 mètres sous nos palmes. De bonnes augures !!! Un peu plus loin, une torture mange tranquillement et n’est pas vraiment dérangée par notre présence. Nous remontons sur le bateau très contents, cette croisière tant attendue semble être à la hauteur de nos espérances.

Nous quittons l’atoll de Malé en direction de l’atoll de Ari Sud que nous descendons par son coté ouest. Les plongées s’enchaînent au gré des raies mantas, des tortues, des requins, des thons, etc……

Le bateau et son équipage sont très bien. Et pour ajouter à notre plaisir, le  cuisinier nous prépare des repas Maldiviens de grande qualité. Que du bonheur jusqu’à la plongée de nuit du 07 février.

Au programme, le moniteur du bateau annonce plongée de nuit sur le site de « Alimatha hause Reef » avec le commentaire « plongée qui déchire »

Nous venions de réaliser deux magnifiques plongées, Five Rock qui est un Thila situé au milieu d’une passe et qui est rempli de vie et de mouvements. Puis Miyaru Kandu, plongée sur le fond d’une passe. Nous sommes restés 20 minutes à regarder les requins nager dans le bleu. Le pied intégral.

Alors avec un commentaire « Plongée qui déchire » pour la dernière, nous arrivons au briefing de cette plongée de nuit avec impatience.

Première déception, le moniteur annonce que nous plongeons à proximité du ponton qui donne accès à l’ile de Alimatha où les cuisines de l’hôtel déversent les restes de repas. De ce fait, un très grand nombre de requins nourrices et de raies aigles croisent à proximité. Je pensais que ce type de plongée n’existait plus ………….. Bon, rempli de doutes, nous partions nous équiper sur le dhoni car bien que la présentation semble glauque, le moniteur nous assure que la plongée est d’enfer.

Dès la mise à l’eau, nous sommes directement mis en présence de plusieurs grands requins nourrices et de raies. Les poissons nous tournent autour. Le fond semble propre, il n’y a pas de déchet. C’est assez surprenant mais bon, comme on y est, essayons d’en profiter ?!?.

Après trois quatre minutes, nous avons fait le tour de la question. Les poissons cherchent de la bouffe et rien d’autre. On sent une certaine excitation dans l’eau. Nous décidons que poursuivre le long du récif en direction du bateau pour nous éloigner du ponton et de cette scène de cirque. Un grand sentiment de déception m’envahit. Alors que nous sommes en plein océan indien, pourquoi le moniteur du bateau nous fait-il plonger sur une décharge où nous assistons à un spectacle pitoyable. Les poissons ont un comportement complètement dénaturé, ils n’attendent que le déversement des ordures de l’hôtel de l’atoll ?????

Mais le pire reste à venir. Un second groupe de plongeur d’un autre bateau arrive sur le site. Il s’agit d’asiatiques. Et là je crois rêver. L’un des plongeurs du groupe vient déposer entre deux blocs de pierre ce que je pense être une grosse boite de conserve, peut-être du poisson ? Les requins nourrices se jettent sur la boîte et commencent à mordre dans le métal pour l’ouvrir. C’est la folie. C’est plusieurs dizaine de requins qui se déchainent pour obtenir cette nourriture. Vu le comportement des squales, ce n’est pas la première fois que la scène se produit, les animaux savent bien ce qu’il est possible d’obtenir en mordant dans cette boite.

Je m’éloigne de cette scène avec la nausée. Qu’est-on venu faire ici ????

Heureusement, après 5 minutes de palmage, nous arrivons sur un petit jardin de corail où nous avons le plaisir de faire quelques belles rencontres comme les réservent les plongées de nuit.

Après 60 minutes, je remonte sur le dhoni. Tous les plongeurs du groupe marquent leur désapprobation auprès du moniteur du bateau qui nous assure que nous sommes les seuls à ne pas aimer ce genre de plongée. Il la fait toutes les semaines pour le plus grand plaisir de ses clients…………

Si notre croisière aux Maldives restera un très bon souvenir, cette plongée de la honte entache le tableau.

Je pensais probablement naïvement que ce type de plongée faisant partie d’un passé révolu. Comment un moniteur peut-il encore proposer ce type de plongée alors que nous enseignons à nos élèves le respect de l’environnement ? Quel exemple donne-t-il ? Quelle image véhicule-t-on avec ce type de situation.

Ces quelques lignes ont pour objectif d’attirer votre attention. Si l’on vous proposait un jour ce type de plongée, soyez plus ferme que moi, refusez. Ce n’est que comme cela que nous pourrons mettre fin à ce type de comportement dégradant pour la vie sous-marine qui nous entoure et qui fait le bonheur de nos plongées.

Un plongeur averti en vaut deux……….  

 

10:14 Écrit par Philippe MN284 LIFRAS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.