jeudi, 14 mai 2015

Evénements au Burundi

En octobre 2010, j’ai eu le plaisir de me rendre au Burundi dans le cadre des mes activités professionnelles. J’ai profité de l’occasion pour faire deux plongées dans le lac Tanganyika. Vous pouvez retrouver le compte-rendu de ces deux plongées dans les archives du blog.

Le Burundi est secoué depuis plusieurs jours par des manifestations suite à la volonté du Président sortant de se présenter pour un troisième mandat, ce qui n’est pas conforme à la Constitution.

Les événements de hier (13/05/2015) pouvaient laisser craindre le pire suite à l’annonce d’un coup d’état.

Voici le texte de ce jour 14/05/2015 trouvé sur le site du journal Le Soir rédigé par Colette Braeckman: (http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2015/05/13/la-revolution-des-oeillets-au-burundi-ou-la-foule-fraternise-avec-les-militaires/?_ga=1.156251259.1374025720.1407513734)

Il semblerait que la situation évolue dans la calme.

Je profite de cette page pour apporter mon soutien aux personnes que j’ai rencontré sur place et espère que tous se passe bien pour ce magnifique pays et ce peuple chaleureux.

Bonne lecture.

La révolution des œillets au Burundi, où la foule fraternise avec les militaires....

« Les militaires négocient entre eux, mais nous avons bon espoir. Cela devrait aller… »En début de soirée, Innocent Muhozi, directeur de la radio télévision nationale du Burundi, se montrait optimiste, certain que l’affrontement n’aurait pas lieu entre les militaires « putschistes » partisans du général Godefroid Nyonbare et le dernier carré des fidèles du résident Pierre Nkurunziza. Durant la journée en effet, on aurait pu craindre que l’armée se divise, non sur des lignes de fracture ethnique mais sur la fidélité au chef de l’Etat. En effet, le général Godefroid Nyonbare est, au même titre que Pierre Nkurunziza un Hutu issu de la lutte armée menée par le parti au pouvoir, le CNDD et voici trois mois encore il se trouvait à la tête des services de renseignement. Il avait été limogé pour une raison très simple : ce militaire réputé loyal et compétent, qui avait supervisé l’intégration des ex rebelles au sein de l’armée nationale, avait averti la présidence du fait que le « troisième mandat » rencontrerait une très large opposition et que poursuivre dans cette voie risquait de replonger le pays dans la guerre civile. Alors qu’il se trouvait en Tanzanie, le président Nkurunziza avait cependant refusé d’accepter sa déposition et annoncé son intention de regagner son pays. Mais ce plan fut très rapidement déjoué lorsque les militaires décidèrent de fermer l’espace aérien du Burundi. Un observateur belge, président à Bujumbura, ne cachait pas son enthousiasme : « nous assistons à une révolution des œillets à l’africaine » (allusion au coup d’Etat militaire qui, en 1974 mit fin à a dictature portugaise) où nous voyons, dans les rues de la capitale, la population fraterniser avec les soldats… Ceux qui souhaitaient, en dépit des accords d’Arusha et de la Constitution, reconduire Pierre Nkurunziza pour un troisième mandat se sont heurtés à une opposition très large, qui dépassait de loin les clivages ethniques et,finalement , c’est un officier hutu qui a destitué un chef d’ Etat, hutu lui aussi, qui voulait confisquer le pouvoir au profit d’un groupe très restreint… » Aux dernières nouvelles, renonçant finalement à revenir dans son pays, Pierre Nkurunziza aurait tenté de gagner l’Ouganda, mais l’accès de ce pays lui fut refusé. Au yeux de notre observateur belge, la liesse qui régnait dans les rues de Bujumbura, après deux semaines de manifestations ininterrompues, représentait non seulement une victoire de l’Etat de droit, mais un avertissement pour tous les chefs d’Etat de la région désireux de s’accrocher au pouvoir : « une nouvelle page se tourne en Afrique centrale » concluait-il…

 

08:43 Écrit par Philippe MN284 LIFRAS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.